TOUR D’ESPAGNE : 6. CASTILLE-ET-LEON & LAS MEDULAS

roadbook-tour-despagne


Jour 7

CASTILLE-&-LÉON


  Dans la première partie de cette journée, j’avais déjà traversé les sublimes Los Picos de Europa. Mais gourmand que je suis, je continuai ma route, encore et toujours, prenant peu à peu la direction du sud.

roadtrip-en-moto-autour-de-lespagne-castille-et-leon-sublime-2

  J‘entre dans cette commune autonome d’Espagne aux neuf provinces. Soyons clair, à mon sens, Castilla-y-Léon est si immense qu’elle est à mes yeux un véritable pays ! Ne roulant pas vraiment à la carte, mais plutôt sur un itinéraire programmé plusieurs mois auparavant, je ne sais pas vraiment où je suis et vogue tranquillement où bon me semble. Quand je commence à me perdre ou perdre de l’intérêt pour une zone, je reprends l’itinéraire GPS ou le modifie, au besoin. Je n’ai pas d’impératif à par le plaisir.

castille-et-leon-espagne-noir-et-blanc

  Cette région incroyablement belle est aussi le début d’un enfer que je ne soupçonne pas encore, et qui va changer beaucoup de choses plus tard, surtout quand je serais en Andalousie : la chaleur. Je la voyais comme une amie d’excellente compagnie, rêvant souvent à son sujet, frustré nordiste que je suis. Mais en Espagne, j’apprendrais beaucoup sur ce point : c’est à dire que rien n’est exclusivement bon ou mauvais ; que tout est question de balance ; d’une oscillation entre le bon et le mauvais, et ceci pour chaque élément.

roadtrip-en-moto-autour-de-lespagne-castille-et-leon-sublime-4

« Castille-et-Léon : un royaume de hauteurs »

  Pour l’instant, ce n’est pas un problème, car les endroits où je passe disposent presque tous d’une grande altitude. C’est ça aussi Castille-et-Léon : un royaume de montagnes. En revanche, les rares fois où je perdrais de la hauteur, je serais très étonné par la chaleur, mais surtout, les vents commencent à me sembler chauds… À ce stade, c’est encore une chance, mais dès demain, cela deviendra infernal.

roadtrip-en-moto-autour-de-lespagne-castille-et-leon-sublime-3

  Quoi qu’il en soit, cette région est une ode aux yeux qui élèvent le regard. Certains paysages furent les plus beaux qu’il me fut donné de voir dans ma vie. J’étais sans cesse seul, errant dans un monde incroyablement admirable. Je me laissais aller sur un filet de gaz, esclave heureux de la contemplation.

roadtrip-en-moto-autour-de-lespagne-castille-et-leon-sublime-5

  Mon entourage naturel a des formes montagnardes hypocritement douces et apaisées, néanmoins, les nombreux pics qui les ceinturent sont tendus vers la voûte bleue comme des poings américains, au nom de la jeunesse. Je sais que toutes ces hauteurs sont issues d’une infinie violence qui fit bouger des plaques terrestres entières.

roadtrip-en-moto-autour-de-lespagne-castille-et-leon-sublime-6

  Les plus vieilles montagnes s’adoucissent en tentant d’oublier le passé, tandis que les plus jeunes, l’esprit conquérant, tentent toujours d’atteindre l’éternel — le céleste — se tendant dès leurs premiers jours comme des poings américains en direction de là-haut ; idoles à la violence de la conquête et de l’espoir.

roadtrip-en-moto-autour-de-lespagne-castille-et-leon-sublime-8

  Alors, au centre, des troupeaux au complet de vaches, de moutons, de brebis et d’hommes, viennent vivre des larmes qui découlent de cette résignation qu’observent tristement les jeunes, eux qui pensaient pourtant être à deux doigts d’atteindre leur but.

roadtrip-en-moto-autour-de-lespagne-castille-et-leon-sublime-7

  À certains endroits, la roche est d’un blanc calcaire ; à d’autres, elle a les reliefs qui brillent d’un noir de jais profond. Le ciel lui, est d’un bleu parfait dont seules quelques rares et timides traînées de fines fumées blanches déjà agonisantes donnent une idée de profondeur. Sans elles, le ciel pourrait bien être plat.

roadtrip-en-moto-autour-de-lespagne-castille-et-leon-sublime-9

« Tout architecte devrait avoir bandé au moins une fois devant une montagne avant qu’on ne lui donne un crayon pour dessiner les plans de quoi que ce soit »

route-de-montagne-castille-et-leon-espagne

  La route est parfaite, large, accueillante et vide de mes semblables. J’ai le monde tout autour de moi et pour moi seul. Je roule à gauche, photographie devant, derrière, virevolte à droite, chante, hurle et reste debout. Mon fantasme d’ochlophobique journalier est assouvi avec succès.

photo-en-roulant-espagne

  Rien n’est droit ou angulaire par ici. Il n’y a pas une once de constance et de logique humaine dans l’architecture de la nature. Je ne sais pas d’où les hommes ont pondu qu’il fallait recouvrir le monde de rectangles gris, blancs et noirs. Tout apprentissage d’un quelconque Art esthétique devrait se faire dans de tels endroits, qui sont comme autant d’autels à l’inspiration véritable, pure, neutre et naissante ; libre de ce conditionnement illogiquement logique propre à l’homme moderne.

roadtrip-en-moto-autour-de-lespagne-castille-et-leon-sublime-10

  Tout architecte devrait avoir bandé au moins une fois devant une montagne avant qu’on ne lui donne un crayon pour dessiner les plans de quoi que ce soit qui viendra ensuite s’imposer au regard de chacun.

roadtrip-en-moto-autour-de-lespagne-castille-et-leon-sublime-1

  Je grimpe et descends sur un nombre incalculable de cols oscillant généralement entre 1500 et 1800 mètres d’altitude. Le spectacle visuel n’a pas de rideau pour se reposer ou se préparer derrière de temps en temps. Il n’y a pas de bâtiment pour le contenir non plus. Tout est ouvert, sans fin ni jointures, libre à tous et gratuit. C’est un spectacle éternel ou presque, ouvert gracieusement à tous. Et je suis seul. Mais c’est mieux ainsi.

paysage-de-montagne-espagnelac-daltitude-castille-et-leon-espagne

  Je suis depuis le début dans la province de Léon, dans la région Castilla-y-Léon, mais je fais un rapide crochet septentrional vers la région d’Asturies, le temps de quelques cols aux routes succulentes.

  À partir d’ici, la température devient folle. Je ne comprends pas vraiment ce qui m’arrive. « Pourquoi ai-je si chaud ? » Je m’arrête à l’abri, dans l’ombre de quelques arbres. La chaleur est à un stade où je me fiche en caleçon à environ 15H30 de l’après-midi. Je me verse un peu d’eau sur la tête, mais celle-ci me brûle presque le crâne. Je m’assieds, étouffé, la tête chancelante. Je me dis que ce doit être un coup de fatigue. J’ai passé le cap des 3000 kilomètres, dont bien 1800 de petites routes.

street-art-castille-et-leon-espagne

  Je resterai ainsi bien trente minutes pour reprendre mon souffle, ce qui n’est pas mon genre. Une fois rétabli, je file, mais reste assez ahuri sur la température que je ressens, car je la ressens même en roulant… Jusqu’ici, un coup de chaud était soigné par un mouvement à travers le vent. Mais là, le mouvement ne règle rien, il empire presque les choses.

solitude-a-castille-et-leon-espagne

  Je défais le haut de mes bottes pour y faire rentrer le plus d’air possible, puis je remonte mon jean autant que faire se peut. Rien à faire. Je ne comprends pas ce qu’il se passe. Je poserais bien la question aux nombreuses vaches qui me barrent la route et aussi aux moutons, mais personne ne me répond.

paysage-de-castille-et-leon-en-espagne

  Je me dirige ensuite vers le Parc Naturel de Las Ubinas-La Mésa, toujours en Asturies. Il s’agit principalement de vallées assez hautes où quelques énormes punaises enterrées au fond du monde semble vouloir sortir, à en former de baroques pointes sur la croûte terrestre.

vallee-castille-et-leon

  Je rentre à nouveau dans Castilla-y-Léon via un col qui culmine à 1378 mètres et décide de quitter la route principale pour m’engager dans un chemin de terre qui semble mener tout droit à un trésor visuel. Après avoir parcouru un minuscule village de cinq habitants, croisé les yeux écarquillés de quelques gosses à vélo, mais aussi après avoir dépassé un tantinet d’épaves à la peinture craquelées : Bingo. Au-dessus, les rapaces volent, au-dedans, toute mon eau se fait la malle. Devant, c’est le pied.

kawasaki-w800-roadtrip-en-espagne

  Je redescends ensuite vers le Sud, toujours dans cette si grande Région. Le paysage devient presque lyrique, homérique. Dans le vent se font emporter mes « whoa, wow, putain de merde ! La vache ! » et autres exclamations poétiques.

rapace-dans-le-ciel-espagne

  Enfin, l’apogée se situe aux environs du village de Casares de Arbas. Je suis au centre d’un bassin aux couleurs de miel et haut de 1320 mètres environ.

la-magnificence-de-castille-et-leontour-despagne-a-moto-castille-et-leoncastille-et-leon-montagne

  Il s’étend presque en cercle pour ensuite s’élever remarquablement en diverses formes rocheuses et claires. Je suis presque surpris de voir quelques nuages dans le firmament. Je passerai beaucoup de temps ici, l’esprit léger. Je vous laisse voir cela…

les-plus-beaux-paysages-de-lespagne-sur-la-rouille-au-ventre

lun-des-plus-bel-endroit-de-lespagne-castille-et-leon

Encore et encore et encore. C’est un véritable festival.

paysage-fabuleux-castille-et-leonroche-calcaire-castille-et-leon


VERS LAS MEDULAS


superbe-pont-castille-et-leon

  Ensuite, j’ai pour objectif Las Medulas, un lieu que je désire arpenter depuis un moment. J’y arriverai aux alentours de dix-huit heures pour me rendre compte qu’il s’agit là d’un attrape-couillon. Ce qui tombe bien, car j’en suis un. Je peux les voir de loin et apprécier vaguement la beauté du site, mais malheureusement, l’endroit est uniquement réservé aux habitants ou aux hôtes des divers hôtels évidemment hors de prix. Payer. Il faut payer pour voir le monde qui est mien.

arrivee-a-las-medulas

  Je tourne un peu, les dents serrées, tentant de flairer une ouverture pour m’infiltrer, mais l’unique passage est barré par une barrière, elle-même surveillée par un garde. Encore un lieu que l’homme s’est approprié pour en faire payer l’observation. Tant de kilomètres et d’espoirs pour n’en voir qu’une infime partie, et de loin. Je ne regarde même pas le prix de l’entrée, le concept ne m’intéresse pas. Ce serait comme tricher.

du-parking-de-las-medulas

  À l’époque romaine déjà, le site était dévasté pour son extraction d’or, et cette exploitation dura jusqu’au IIIe siècle, transformant totalement le paysage. Aujourd’hui, l’or est extrait des poches des gens qui veulent simplement voir l’endroit pour sa beauté et son unicité. Tant qu’il y a des hommes, il y a de l’or ou un synonyme, et alors il y a exploitation et profit, car c’est tout ce qui compte. Si je le pouvais, je m’élèverai dans le ciel et vomirais sur tout ces pressureurs, parasites, pillards et pique-assiettes que le temps lui-même n’arrive pas à tuer, génération après génération.

le-genre-de-roche-de-las-medulas-espagne

devant-les-roches-de-las-medulas-espagne

  Heureusement, le monde est grand et partout ce n’est pas pareil. J’oublie de penser à ça, prends mes distances puis me dirige vers le Portugal, prochaine étape de ce voyage. Et puis, mis à part Las Medulas, ce fut une journée absolument parfaite. J’en ai vu tellement que je me demande si je suis capable d’en encaisser autant.

Commentez, likez, partagez ! Vous pouvez aussi me retrouver sur Facebook, où je suis assez actif.

La Rouille Au Ventre

Ces textes sont bruts, incomplets, et font l’étude de quelque chose de plus sérieux.

Images et textes, tout droits réservés.

Publicités

15 réflexions sur “TOUR D’ESPAGNE : 6. CASTILLE-ET-LEON & LAS MEDULAS

  1. Encore une fois un bien agreable moment de détente dans mes journées « bureaucratiques » ou l’ horizon se limite à la petite fenêtre qui me lie au monde (et quel monde! …) et au joli macadam qui remplace depuis peu les buissons et le grand saule qui m’invitaient à laisser errer mes songes au gré du mouvement de leurs branches … (Hé oui, comme dit le poète: « l’arbre doit tomber, le monsieur veut garer sa voiture… »)

    Il me tarde de repartir, meme moins loin que toi, là où les urbanistes n’ont pas encore excercé, histoire de me rappeler que mère nature, meme dans ses plus fortes colères, est quand meme le seul créateur capable de m’émouvoir encore …

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s